Entrepreneurs francophones, le Canada vous attend !

Posted by | July 28, 2016 | Blog | No Comments

Par Francis Tourigny, Co-fondateur et avocat, Exeo Avocats 

Vous êtes entrepreneur. Vous voulez bouger. Mais où ?

Vous avez pensé au Canada ? Au Québec ?

Le Québec veut des entrepreneurs. Plus particulièrement, il veut des francophones.

Et il prend les grands moyens : pour la première fois cette année, le programme des immigrants entrepreneurs est ouvert exceptionnellement pour les francophones.

On vous permet même de couper dans une longue file d’attente : les dossiers sont traités en priorité. Plus besoin d’attendre aux calendes grecques avant de réaliser votre rêve d’expatriation.

Bien sûr, il y a des conditions: d’abord, posséder un avoir net d’au moins 300 000$ CAD (environ 200 000 euros).  On ne parle pas de votre argent en banque. On parle de la totalité de votre patrimoine, incluant votre propriété.

Vous devez aussi démontrer une certaine expérience à titre d’entrepreneur: 2 ans au cours de 5 dernières années. Et au moins 25% de parts dans votre entreprise.

“Mais mon business est tout petit…” …Qu’importe ! Nul besoin d’être le président de l’Oréal ou de LVMH : du moment que votre entreprise ne soit pas globalement restée dans le rouge. Même de tous petits profits feront l’affaire….

Et puis après ? Vous êtes entrepreneur, Il faut donc faire des affaires. Vous avez le choix :  Ou vous présentez un plan d’affaires avec un investissement projeté d’au moins 100 000$ CAD…(environ 70 000 euros). Ou vous choisissez d’acquérir au moins 100 000$ en valeur d’une entreprise québécoise.

Résumons : vous présentez votre plan d’affaires ou votre projet d’acquisition. Le gouvernement du Québec l’évalue. On vous dit “oui”. Et vous voilà en route pour le Canada…

Oui, car il faut bien mettre son plan à exécution. Sinon, à quoi bon ?

Mais ce ne peut être si simple  !  Effectivement, il faut monter un bon dossier. Naviguer dans les eaux parfois troubles de l’immigration canadienne…

Mais vous êtes entrepreneur, rien ne vous arrêtera, n’est-ce pas ?